Verse > Anthologies > St. John Lucas, comp. > The Oxford Book of French Verse
  PREVIOUS NEXT  
CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
St. John Lucas, comp. (1879–1934).  The Oxford Book of French Verse.  1920.
 
68. Odes
 
vi. De l’Election de son sepulchre
 
Pierre de Ronsard (1524–†1585)
 
 
ANTRES, et vous fontaines
  De ces roches hautaines
  Qui tombez contre-bas
    D’un glissant pas:
Et vous forests et ondes        5
  Par ces prez vagabondes,
  Et vous rives et bois,
    Oyez ma voix.
Quand le ciel et mon heure
  Jugeront que je meure,        10
  Ravy du beau sejour
    Du commun jour,
Je defens qu’on ne rompe
  Le marbre pour la pompe
  De vouloir mon tombeau        15
    Bastir plus beau:
Mais bien je veux qu’un arbre
  M’ombrage en lieu d’un marbre,
  Arbre qui soit couvert
    Tousjours de vert.        20
De moy puisse la terre
  Engendrer un lierre,
  M’embrassant en maint tour
    Tout à l’entour:
Et la vigne tortisse        25
  Mon sepulcre embellisse,
  Faisant de toutes pars
    Un ombre espars.
Là viendront chaque année
  A ma feste ordonnée        30
  Avecques leurs troupeaux
    Les pastoureaux:
Puis ayant fait l’office
  De leur beau sacrifice,
  Parlans à l’isle ainsi        35
    Diront ceci:
Que tu es renommée
  D’estre tombeau nommée
  D’un, de qui l’univers
    Chante les vers!        40
Et qui onq en sa vie
  Ne fut bruslé d’envie,
  Mendiant les honneurs
    Des grands Seigneurs!
Ny ne r’apprist l’usage        45
  De l’amoureux breuvage
  Ny l’art des anciens
    Magiciens!
Mais bien à noz campagnes
  Fist voir les Sœurs campagnes        50
  Foulantes l’herbe aux sons
    De ses chansons.
Car il fist à sa lyre
  Si bons accords eslire
  Qu’il orna de ses chants        55
    Nous et noz champs.
La douce manne tombe
  A jamais sur sa tumbe,
  Et l’humeur que produit
    En May la nuit.        60
Tout à l’entour l’emmure
  L’herbe et l’eau qui murmure,
  L’un tousjours verdoyant,
    L’autre ondoyant.
Et nous ayans memoire        65
  Du renom de sa gloire
  Luy ferons comme à Pan
    Honneur chaque an.
Ainsi dira la troupe,
  Versant de mainte coupe        70
  Le sang d’un agnelet
    Avec du laict
Desur moy, qui à l’heure
  Seray par la demeure
  Où les heureux espris        75
    Ont leur pourpris.
La gresle ne la neige
  N’ont tels lieux pour leur siège,
  Ne la foudre oncque là
    Ne devala:        80
Mais bien constante y dure
  L’immortelle verdure,
  Et constant en tout temps
    Le beau Printemps.
Le soin qui sollicite        85
  Les Rois, ne les incite
  Le monde ruiner
    Pour dominer:
Ains comme freres vivent,
  Et morts encore suivent        90
  Les mestiers qu’ils avoient
    Quand ils vivoient.
Là là j’oiray d’Alcée
  La lyre courroucée,
    ET Sapphon qui sur tous        95
    Sonne plus dous.
Combien ceux qui entendent
  Les chansons qu’ils respandent
  Se doivent resjouir
    De les ouir!        100
Quand la peine receuë
  Du rocher est deceuë,
  Et quand le vieil Tantal
    N’endure mal!
La seule lyre douce        105
  L’ennuy des cœurs repousse.
  Et va l’esprit flatant
    De l’escoutant.
 

CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
  PREVIOUS NEXT  
 
Loading
Click here to shop the Bartleby Bookstore.

Shakespeare · Bible · Strunk · Anatomy · Nonfiction · Quotations · Reference · Fiction · Poetry
© 1993–2014 Bartleby.com · [Top 150] · Subjects · Titles · Authors