Verse > Anthologies > St. John Lucas, comp. > The Oxford Book of French Verse
  PREVIOUS NEXT  
CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
St. John Lucas, comp. (1879–1934).  The Oxford Book of French Verse.  1920.
 
44. Epistre
 
Au Roy, pour avoir esté derobé
 
Clement Marot (1495–†1544)
 
 
ON dict bien vray, la maulvaise Fortune
Ne vient jamais qu’elle n’en apporte une
Ou deux ou trois avecques elle (Syre).
Vostre cueur noble en sçauroit bien que dire;
Et moy, chetif, qui ne suis Roy ne rien,        5
L’ay esprouvé, et vous compteray bien,
Si vous voulez, comme vint la besongne.
  J’avois un jour un vallet de Gascongne,
Gourmand, ivrongne, et asseuré menteur,
Pipeur, larron, jureur, blasphemateur,        10
Sentant la hart de cent pas à la ronde,
Au demourant, le meilleur filz du monde,
Prisé, loué, fort estimé des filles
Par les bordeaulx, et beau joueur de quilles.
  Ce venerable hillot fut adverty        15
De quelque argent que m’aviez departy,
Et que ma bourse avoit grosse apostume;
Si se leva plus tost que de coustume,
Et me va prendre en tapinoys icelle,
Puis vous la meit tresbien soubz son esselle        20
Argent et tout (cela se doit entendre),
Et ne croy point que ce fust pour la rendre,
Car oncques puis n’en ay ouy parler.
  Brief, le villain ne s’en voulut aller
Pour si petit; mais encore il me happe        25
Saye et bonnet, chausses, pourpoint et cappe;
De mes habitz (en effect) il pilla
Tous les plus beaux, et puis s’en habilla
Si justement, qu’à le veoir ainsi estre,
Vous l’eussiez prins (en plein jour) pour son maistre.        30
  Finablement, de ma chambre il s’en va
Droict à l’estable, où deux chevaulx trouva;
Laisse le pire, et sur le meilleur monte,
Pique et s’en va. Pour abreger le compte,
Soyez certain qu’au partir du dict lieu        35
N’oublia rien fors qu’à me dire adieu.
  Ainsi s’en va, chatouilleux de la gorge,
Ledict vallet, monté comme un Sainct Georges,
Et vous laissa Monsieur dormir son soul,
Qui au resveil n’eust sceu finer d’un soul.        40
Ce Monsieur là (Syre) c’estoit moy mesme,
Qui, sans mentir, fuz au matin bien blesme,
Quand je me vey sans honneste vesture,
Et fort fasché de perdre ma monture;
Mais de l’argent que vous m’aviez donné,        45
Je ne fuz point de le perdre estonné;
Car vostre argent (tresdebonnaire Prince)
Sans point de faulte est subject à la pince.
  Bien tost après ceste fortune là,
Une autre pire encores se mesla        50
De m’assaillir, et chascun jour m’assault,
Me menaçant de me donner le sault,
Et de ce sault m’envoyer à l’envers,
Rithmer soubz terre et y faire des vers.
  C’est une lourde et longue maladie        55
De trois bons moys, qui m’a toute eslourdie
La povre teste, et ne veult terminer,
Ains me contrainct d’apprendre à cheminer
Tant affoibly m’a d’estrange manière;
Et si m’a faict la cuysse heronniere,        60
L’estomac sec, le ventre plat et vague:
Quand tout est dit, aussi mauvaise bague
Ou peu s’en fault que femme de Paris,
Saulve l’honneur d’elles et leurs maris.
  Que diray plus au misérable corps        65
Dont je vous parle il n’est demouré fors
Le povre esprit, qui lamente et souspire,
Et en pleurant tasche à vous faire rire.
  Et pour autant (Syre) que suis à vous,
De trois jours l’un viennent taster mon poulx        70
Messieurs Braillon, Le Coq, Akaquia,
Pour me garder d’aller jusqu’à quia.
  Tout consulté, ont remis au printemps
Ma guarison; mais, à ce que j’entens,
Si je ne puis au printemps arriver,        75
Je suis taillé de mourir en yver,
Et en danger, si en yver je meurs,
De ne veoir pas les premiers raisins meurs.
  Voilà comment, depuis neuf moys en ça,
Je suis traicté. Or, ce que me laissa        80
Mon larronneau, long temps a l’ay vendu,
Et en sirops et julez despendu;
Ce neantmoins, ce que je vous en mande
N’est pour vous faire ou requeste ou demande;
Je ne veulx point tant de gens ressembler,        85
Qui n’ont soucy autre que d’assembler;
Tant qu’ilz vivront ilz demanderont, eulx;
Mais je commence à devenir honteux,
Et ne veulx plus à voz dons m’arrester.
  Je ne dy pas, si voulez rien prester,        90
Que ne le prenne. Il n’est point de presteur
(S’il veult prester) qui ne face un debteur.
Et sçavez-vous (Syre) comment le paye?
Nul ne le sçait, si premier ne l’essaye;
Vous me devrez (si je puis) de retour,        95
Et vous feray encores un bon tour.
A celle fin qu’il n’y ait faulte nulle,
Je vous feray une belle cedulle,
A vous payer (sans usure, il s’entend)
Quand on verra tout le monde content;        100
Ou si voulez, a payer ce sera
Quand vostre loz et renom cessera.
Et si sentez que soys foible de reins
Pour vous payer, les deux princes Lorrains
Me plegeront. Je les pense si fermes        105
Qu’ilz ne fauldront pour moy à l’un des termes.
Je sçay assez que vous n’avez pas peur
Que je m’enfuye ou que je soys trompeur;
Mais il faict bon asseurer ce qu’on preste;
Bref, vostre paye, ainsi que je l’arreste,        110
Est aussi seure advenant mon trespas
Comme advenant que je ne meure pas.
  Avisez donc si vous avez desir
De rien prester; vous me ferez plaisir,
Car puis un peu j’ay basty à Clement,        115
La où j’ay faict un grand desboursement;
Et à Marot, qui est un peu plus loing,
Tout tombera, qui n’en aura le soing.
  Voila le poinct principal de ma lettre;
Vous sçavez tout, il n’y fault plus rien mettre.        120
Rien mettre? Las! Certes, et si feray;
Et ce faisant, mon style j’enfleray,
Disant: ‘O Roy amoureux des neuf Muses,
Roy en qui sont leurs sciences infuses,
Roy plus que Mars d’honneur environné,        125
Roy le plus roy qui fut onc couronné,
Dieu tout puissant te doint pour t’estrenner
Les quatres coings du monde gouverner,
Tant pour le bien de la ronde machine,
Que pour autant que sur tous en es digne.’        130
 

CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
  PREVIOUS NEXT  
 
Loading
Click here to shop the Bartleby Bookstore.

Shakespeare · Bible · Strunk · Anatomy · Nonfiction · Quotations · Reference · Fiction · Poetry
© 1993–2014 Bartleby.com · [Top 150] · Subjects · Titles · Authors