Verse > Anthologies > St. John Lucas, comp. > The Oxford Book of French Verse
  PREVIOUS NEXT  
CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
St. John Lucas, comp. (1879–1934).  The Oxford Book of French Verse.  1920.
 
31. Grant Testament, xxxviii–xli
 
François Villon (1431–?)
 
 
SI ne suis, bien le considere,
Filz d’ange, portant dyademe
D’estoille ne d’autre sidere.
Mon pere est mort, Dieu en ait l’ame;
Quant est du corps, il gist soubz lame …        5
J’entens que ma mere mourra,
—Et le scet bien, la povre femme—
Et le filz pas ne demourra.
 
Je congnois que povres et riches,
Sages et folz, prestres et laiz,        10
Nobles, villains, larges et chiches,
Petiz et grans, et beaulx et laiz,
Dames à rebrassez collez,
De quelconque condicion,
Protans atours et bourrelez,        15
Mort saisit sans exception.
 
Et meure Paris et Helaine,
Quiconques meurt, meurt à douleur
Telle qu’il pert vent et alaine;
Son fiel se creve sur son cuer,        20
Puis sue, Dieu scet quelle sueur!
Et n’est qui de ses maulx l’alege:
Car enfant n’a, frere ne seur,
Qui lors voulsist estre son plege.
 
La mort le fait fremir, pallir,        25
Le nez courber, les vaines tendre,
Le col enfler, la chair mollir,
Joinctes et nerfs croistre et estendre.
Corps femenin, qui tant est tendre,
Poly, souef, si precieux,        30
Te fauldra il ces maulx attendre?
Oy, ou tout vif aller es cieulx.
 

CONTENTS · BIBLIOGRAPHIC RECORD
  PREVIOUS NEXT  
 
Loading
Click here to shop the Bartleby Bookstore.

Shakespeare · Bible · Strunk · Anatomy · Nonfiction · Quotations · Reference · Fiction · Poetry
© 1993–2014 Bartleby.com · [Top 150] · Subjects · Titles · Authors